Interview exclusive d'Edwin, Caïd Defias, la nouvelle star d'Hearthstone !

Vous allez adorer
JHden | 17/08/2022 à 14h44 - 12

Le patch 24.0.3 a apporté plusieurs changements dans le métagame Hearthstone. Mais aucun n'est de l'ampleur de celui de Edwin, Caïd Defias. Descendant d'Edwin, Van Cleef, la carte n'a jamais réussi à vivre dans la même lumière que son aïeul jusqu'à présent. Avec son passage d'une 4|4 pour quatre points de mana, à une 3|3 pour trois points de mana, les choses pourraient bien avoir changé.

Depuis mardi soir, la carte est devenue la cible de nombreuses critiques dans la communauté et peu de joueurs cachent leur incompréhension quant à ce changement. 

Dans cette interview exclusive pour le réseau JudgeHype, notre envoyé spécial est allé à la rencontre de la nouvelle étoile montante du métagame actuel, et a pu s'entretenir avec Edwin. Sa relation avec son ancêtre, les decks qu'il envisage de rendre plus puissant ou sa peur de voir son buff être annulé rapidement. Nous couvrons tous les sujets qui entourent Edwin, Caïd Defias et sa récente domination dans Hearthstone. 


1. Comment vous sentiez-vous quand vous avez appris pour votre modification dans le patch ?

Edwin : Vous savez, on a souvent les informations en avance, en général grâce au datamining. Cette fois-ci, Blizzard avait déployé le patch par erreur sur le serveur asiatique, alors la nouvelle n'a pas surpris grand monde, j'ai eu le temps de me préparer dans les meilleures conditions. 

Certains peuvent penser que perdre un point de mana est quelque chose de facile, mais en réalité, l'entrainement est difficile pour réussir à conserver toute sa puissance, mais à un moindre coût. Les développeurs m'ont bien encadré, j'ai eu un programme adapté à mes besoins, je suis très satisfait de la façon dont les choses se sont déroulées. 

Quant au changement en lui-même, j'en suis heureux je dois l'avouer. En tant que carte à cheval entre le rythme et les combos, mon coût en mana est déterminant pour contribuer au succès de mes decks. J'essaie de garder les pieds sur terre et de penser à un ensemble de 30 cartes, mais je mentirais si je disais que je ne sentais pas incroyablement bien à l'heure actuelle.


2. En tant que carte forte de la classe Voleur désormais, pensez-vous à d'autres decks que simplement le Voleur Cimetière ?

Edwin : Ce genre de décision, c'est Valeera qui s'en occupe. Malheureusement, tout ce que je peux faire en tant que carte, c'est me tenir prête à toute éventualité. Évidemment que je me sens en capacité d'être puissant dans tous les archétypes de voleur à présent, mais la décision ne me revient pas.

C'est une philosophie que je tiens de mon coach et prédécesseur, Edwin Van Cleef. Il a réussi à tenir cinq ans sans subir un seul nerf. Pourtant, il tremblait de peur à chaque patch notes. Il m'a toujours dit : "Saisis chaque opportunité de devenir une 15|15 que la vie te donne, ça peut s'arrêter à tout moment", alors j'essaye de suivre son conseil. 

En ce qui concerne le Voleur Cimetière, je m'y sens très bien et je serai déjà content d'aider le deck à être le plus performant possible. Mon changement a déjà produit des étincelles dans le deck, et les autres cartes sont très satisfaites de mon travail. Si d'autres archétypes, comme les Mines Marines ou les Secrets ont besoin de mon aide, j'irais avec plaisir évidemment. 

Regardez, on a pris un selfie avec Drakka hier soir au cimetière, pas mal non ?

Tour 5 chill avec les boyz


3. En parlant de votre ancêtre, Edwin Van Cleef, quel rôle joue-t-il dans votre nouvelle vie ? 

Edwin : L'ancien est capital à ce nouveau succès. Il l'a vécu pendant des années. Il est le premier à qui j'ai pensé quand j'ai su que j'allais coûter trois points de mana, c'est un chiffre iconique dans la famille. Dès que l'on a appris la nouvelle, on a tout de suite su ce que cela voulait dire. Il m'a prévenu pour les vagues de haines de la communauté. Grâce à lui, je savais parfaitement à quoi m'attendre.

Nos façons de jouer sont un peu différentes, lui préférait arriver à la fin du tour, directement dans sa forme finale. Il disait qu'il voulait créer un choc à l'adversaire, immédiatement lui couper toute envie de lutter. De mon côté, je dirais que je suis davantage dans la construction, j'aime sentir le désespoir s'emparer de l'autre à force de me voir grossir et piocher des cartes, il y a un côté très satisfaisant à cela.

Malgré nos gameplay différents, je suis extrêmement fier de pouvoir continuer la tradition familiale qu'il a instaurée il y a déjà sept ans maintenant. Depuis le nerf de Mr. Châtiment, ce n'était plus si facile pour le clan Edwin, j'avais du mal à vraiment m'installer et on avait peur que notre nom disparaisse. Grâce à l'extension, et désormais à ce buff, notre clan va pouvoir être dominateur à nouveau ! 


4. Avez-vous peur d'un potentiel retour en arrière des développeurs sur votre coût en mana ?

Edwin : Quand on fait un départ aussi tonitruant que le mien après un patch, évidemment que l'on s'attend à être analysé sous toutes les coutures. Mais je pense que j'ai mis en lumière la puissance du deck Voleur Cimetière dans son ensemble, pas seulement le fait que j'étais une bonne carte à qui il manquait un petit quelque chose.

Si on regarde l'historique, je pense que j'ai un peu de temps devant moi pour profiter de ma situation. Je veux dire, ils ont mis cinq ans à modifier l'ancien ! *rigole*


5. Un mot de conclusion, sur votre futur peut-être ? 

Edwin : J'aimerais bien sûr remercier l'équipe de développement de Hearthstone de me donner cette opportunité de briller. Je compte bien emmener Valeera aussi haut que possible en ladder ou en tournoi, j'en fais une affaire de famille !

En ce qui concerne les decks, pour l'instant, je suis au meilleur de ma forme dans le Voleur Cimetière, mais je pense pouvoir aider n'importe quel archétype de la classe à progresser. Ainsi, j'encourage tous les créateurs de decks à m'intégrer dans leurs 30 cartes, quelque soit les 29 autres, si possible à faible coût tout de même...

Et pour finir, j'aimerais rassurer tous ceux qui ne jouent pas la classe Voleur, il n'y aucune honte à concéder contre une 17|17 au tour 4. Toute une génération de joueurs l'a fait avant vous face à mon ancêtre, ils n'en sont pas morts pour autant.

Enfin, en dehors du jeu, leur héros lui... *rigole fort*

Tags : Hearthstone Metagame
12 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Hearthstone : 31.480.012 visites.
© Copyright 1998-2022 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.