Les decks agressifs font à nouveau peur à leurs adversaires sur Hearthstone

Mais sont-ils vraiment les seuls ?
JHden | 04/12/2020 à 17h12 - 9

Avec Folle journée à Sombrelune, quelque chose qui manquait au jeu est enfin revenu sur le devant de la scène : les decks agressifs. En effet, deux decks trouvent le moyen d'exister actuellement dans cet archétype, le chasseur de démons et le chasseur highlander. Et si c'est une excellente chose que les decks agressifs puissent enfin exister à nouveau Hearthstone, ces deux decks peuvent même être considérés dans le top 5 du métagame actuel, et tout particulièrement le deck d'Illidan qui fait énormément de bruit actuellement.

Ces deux decks montrent cependant ce qui est nécessaire pour que des decks agressifs existent dans le Hearthstone d'aujourd'hui. Et comme pour tous les autres archétypes, nous allons discuter synergies, dégâts directs et capacité de pioche.

L'archétype agressif, dans son essence, est le plus rapide dans les jeux de cartes, cherchant à très rapidement mettre l'adversaire sur la défensive et le forcer à se concentrer sur autre chose que sa propre stratégie. Si l'adversaire parvient à tenir cet assaut, le deck agressif s'essouffle et l'adversaire peut alors tenter de se développer pour terminer la partie. Le problème qui se pose depuis un moment était que les decks midrange étaient si puissants que les decks agressifs n'avaient pas le temps de s'installer et ne dérangeaient absolument pas le développement de ces derniers.

Le seul deck réellement agressif qui trouvait le moyen d'exister était le chasseur highlander, un deck agressif dans son concept grâce aux dégâts directs du chasseur mais réellement midrange dans son gameplay, tant le but était la curve et le développement de Brann dans de bonnes conditions au tour 7. Il arrivait ainsi à trouver un bon équilibre entre pression du board et des dégâts, pouvant gêner les decks midrange même si ces derniers reprenaient la table assez tôt.

Avec Sombrelune, la nouvelle star de l'archétype agressif est Illidan qui, comme au mois d'avril lors de la sortie de la classe, propose un rouleau compresseur qui ne semble jamais s'arrêter de poser des problèmes à l'adversaire. Et comme le chasseur highlander, il démarre par un développement de board très poussé pour ensuite basculer vers des synergies de dégâts.

Afin d'avoir le contexte pour la suite de l'article quant aux capacités de pioche auxquelles je référence, voici les deux listes de chasseur de démons sur lesquelles je me base :

Ce retour au top de l'archétype agressif est-il enfin le signe que le cycle naturel des choses peut reprendre dans notre jeu de carte préféré ? Ou les decks agressifs ont-ils simplement rejoint les autres archétypes en termes de capacité à réaliser un plan de jeu de façon optimale ?


1. La notion d'absolu dans Hearthstone

Si on regarde les cartes Hearthstone de plus près, et particulièrement les cartes défensives, on se rend compte que les plus utilisées sont des cartes "absolues", c'est-à-dire qu'il n'y a plus de chiffre de dégâts. Les cartes vont désormais pouvoir défendre contre n'importe quelle menace, quelle que soit sa taille, pourvue que la condition de la carte soit remplie.

On peut voir beaucoup de cartes de ce genre, particulièrement en prêtre et en guerrier, les deux meilleures classes défensives du jeu. Des cartes comme miroir des âmes, tempête de lames, baston, Barov, vague d'apathie... sont capables de sortir le joueur de n'importe quelle situation délicate.

Ces cartes sont notamment la raison pour laquelle guerrier peut produire des decks contrôle à chaque métagame, et également pourquoi il a un deck OTK si efficace actuellement : Quelque soit la menace, il peut y répondre par un moyen ou un autre.

Ainsi, si coté défensif on peut se sortir de n'importe quelle situation, il serait logique que coté agressif, on puisse créer des situations absurdes également. Et même s'il a fallu un peu de temps pour y arriver, nous y sommes avec le nouveau chasseur de démons agressif. L'absolu d'un point de vue agressif, en tout cas dans ma définition, c'est le fait qu'il faille être capable de répondre à tout le deck pour pouvoir l'emporter. Ou dit plus simplement : Le seul moyen d'essouffler le deck est de le mettre à la fatigue.

Le chasseur highlander, même s'il était le meilleur deck agressif et avait la lectrice vorace, n'était pas dans cette dynamique. Le deck cherchait surtout à avoir sa meilleure carte au meilleur moment et à créer la situation adéquate à celle-ci. Dans le cas du chasseur de démons, la quantité de pioche est si grande que le deck est inépuisable, il n'a ainsi pas à penser à la situation dans laquelle il veut jouer ses cartes puisqu'il ne peut s'épuiser. Chaque carte crée ainsi la situation de la suivante, et lorsque l'adversaire ne peut suivre la cadence, toute carte jouée se trouve dans la situation parfaite.

Le deck devient ainsi une agression permanente qui ne répond plus du tout à la logique présentée en introduction du point de vue de l'adversaire, et ce parce que ce dernier ne développe jamais sa stratégie mais se contente de défendre en espérant que l'agression s'arrête à un moment : lorsque le deck est vide.

Ainsi, seuls des decks dont la stratégie principale est la défense peuvent réellement rivaliser avec cette nouvelle construction agressive, les autres n'ont pas d'autres choix que de faire la course aux dégâts. 

Si cette notion d'absolu était frustrante dans les decks midrange ou contrôle, elle pose cependant un énorme problème avec les decks agressifs : elle retire toute la complexité de cet archétype et ramène à la plus grande critique faite aux archétypes agressifs dans les jeux de cartes depuis la nuit des temps.


2. Les decks agressifs : c'est débile

Si vous êtes dans l'univers des jeux de cartes depuis une grosse semaine, vous avez normalement entendu cette phrase au moins une fois. Mais avant de parler des decks agressifs, parlons de pourquoi cette phrase est beaucoup moins courante dans les autres archétypes, aussi puissants qu'ils soient : la relation à l'adversaire.

Un deck contrôle est par essence un deck qui doit se baser sur son adversaire, et même si au final on peut résumer le deck guerrier actuel à "tenir et faire un combo", ce qui est au final aussi simple que "poser des cartes et attaquer l'adversaire", le deck contrôle garde cette notion de défense et de réponse pendant une phase de la partie.

Cela ne change absolument pas le fait que les decks midrange ou contrôles fassent relativement la même chose que le deck agressif en termes de plan de jeu, et il y a eu bien des métagames où jouer des decks agressifs était bien plus difficiles que de jouer des decks midranges ou contrôles.

Ainsi, la raison pour laquelle on peut dire que "l'aggro, c'est débile" c'est dans le fait que l'adversaire ne joue qu'une place très minime dans notre stratégie. Et jusqu'à récemment, j'aurais donné tort à la majorité des gens qui pensait de cette façon. En effet, un deck agressif se doit d'interagir avec le futur et non le présent comme ceux qui l'affrontent, car son but est de rendre la défense adversaire la plus difficile possible. Il doit donc penser aux cartes que l'adversaire peut avoir dans le but de minimiser leur impact sur la réduction de rythme qu'elles vont engendrer. Enfin, c'était le cas jusqu'à maintenant, avant que le chasseur de démons ne soit capable de piocher son deck entier.

Avec cette capacité de piocher, il y a une nouvelle logique qui est totalement raisonnable qui peut s'installer : plus je fais consommer mon adversaire et moins il aura de réponses à la prochaine vague. Dans un contexte où l'on pioche énormément, et donc qu'il n'y a pas de temps mort entre chaque vague, voire même que la pression s'intensifie avec le temps, forcer l'adversaire à réagir très tôt dans la partie n'est pas une si mauvaise idée, quitte à lui donner l'occasion d'utiliser des cartes dans des situations favorables.

Ainsi, on tombe dans une logique où la surconsommation de cartes n'est pas un problème, elle est même récompensée par la Lectrice Vorace dans de nombreux cas. Et même sans la lectrice, le Crâne de Gul'dan ou Acrobaties génèrent un tempo considérable lorsque l'adversaire n'a plus de cartes car il a du suivre notre rythme. Dans ce cas là, il est vrai qu'on peut commencer à le dire : L'aggro, c'est débile.

Mais même si je pourrais admettre cette situation, il faut l'admettre également sur les autres archétypes et ce, bien avant que l'archetype agressif n'ait pu y toucher. Le guerrier OTK est lui aussi, débile, le druide l'a été a plusieurs moment de son existence, le chaman Galakrond l'était totalement l'année dernière à cette même période.

Ainsi, si tous les archétypes sont surpuissants, est-ce vraiment un problème ou simplement une façon différente de concevoir le jeu ? J'ai personnellement ma réponse et elle repose dans le fait que le jeu évolue vers des aspects de deckbuilding plus de gameplay réel. Mais dans un monde où l'information circule très vite, il y a très peu d'avantage à comprendre les choses avant les autres, les listes étant révélées dans la journée le plus souvent.

Mais gardons ce sujet pour la semaine prochaine si vous le voulez bien. D'ici là, n'hésitez pas à essayer ce chasseur de démons agressifs ou à essayer de le contrer. Je mets personnellement une petite pièce sur une lectrice vorace à 3 mana très prochainement.

Tags : Hearthstone Metagame
9 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Hearthstone : 28.814.024 visites.
© Copyright 1998-2021 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.