Prêtre est-il tombé de son trône avec la sortie du mini-set ?

Le point sur la meta de Hearthstone
JHden | 09/06/2021 à 16h12 - 7

Il y a deux semaines, mon article portait sur le fait que mage avait bien reculé avec le temps et les modifications que le métagame avait subi. En tant que meilleur deck, la majorité des joueurs compétitifs s'orientent depuis vers Anduin qui est devenu le personnage le plus populaire tout en devenant le deck le plus banni en tournoi. Il est aussi le plus ouvertement critiqué sur les réseaux sociaux en ce qui concerne les mécaniques sur lesquelles il repose, particulièrement la génération de carte permanente et Illucia, une légendaire qu'on ne présente plus.

Si Jaina a ainsi subi les changements qui ont pu arriver avec les différents patch et le mini-set, Anduin ne semble pas trop être dérangé par les nouveautés qui peuvent arriver au fur et à mesure que le temps passe, continuant sa domination et permettant aux joueurs d'atteindre le #1 légende presque quotidiennement.

Qu'est-ce qui fait que le prêtre ne semble pas pouvoir être détrôné dans l'état actuel des choses ? Quels aspects du métagame lui profitent et le confortent dans cette place de meilleure classe et, au contraire, existe-t-il des contres solides desquels nous pourrions nous inspirer afin de tenter de faire tomber le roi du métagame actuel ?


1. Le Prêtre a aussi progressé avec le mini-set

Avant même de se lancer dans les mécaniques profondes qui soutiennent le prêtre, il faut tout d'abord noter que lorsque des cartes sortent, c'est l'occasion pour les classes au fond du peloton de trouver de nouveaux outils. Mais c'est également quelque chose qui peut arriver aux meilleurs, et lors de ce mini-set, Anduin a su trouver des outils intéressants dans les 3 cartes de classes comme dans les cartes neutres.

Le buff de N'zoth avait déjà apporté beaucoup à plusieurs classes, mais à y regarder de plus près, prêtre est très haut dans la liste des classes qui profitent du dieu très ancien. Lors du mini-set, il en a été de même pour Mutanus, le très discuté murloc qui vient encore un peu enfoncer les decks de combo. Avec Illucia déjà présente dans toutes les listes, il est plus que logique qu'Anduin soit le héros parfait pour intégrer Mutanus et devienne un contre encore plus stable à des decks comme le chasseur de démons OTK par exemple. Et pour parfaire le tableau, Mutanus est également un murloc qui peut revenir sur N'zoth en fin de partie, c'est un détail mais ce n'est pas désagréable.

Cet archétype semble actuellement être le plus solide du métagame et de nombreux joueurs atteignent le rang #1 légende grâce à lui. Le dernier en date à avoir partager son deck est Gaby, habitué à ce rang avec un deck prêtre depuis de nombreux mois, et qui intègre également Naralex, une autre légendaire de ce mini-set :


2. Le jeu de questions - réponses biaisées

Le principe dans les jeu de cartes est que très souvent un joueur est en charge de l'attaque (question) et l'autre de la défense (réponse). Or, dans la majorité des cas, le prêtre se place en défense.

Chaque joueur a donc un rôle dans la partie, l'attaquant va chercher à poser des problèmes les plus compliqués à résoudre pour l'adversaire et pour cela, il va se baser sur l'information dont il dispose du deck adverse afin de générer de la pression. Le défenseur fera de même dans l'autre sens, tentant d'anticiper les problèmes pour ralentir son adversaire.

Regardons cette image partagée par Jalexander, un joueur américain :


Dans son partage sur Twitter, il pose une question simple, mais qui relate bien les problèmes que pose le prêtre actuellement vis à vis de ce jeu de questions-réponses : Le prêtre dispose de 7 cartes en main mais seulement 2 proviennent de son deck, les autres étant un dragon aléatoire et 4 sorts de 3 sources différentes.

Cela est extrêmement limitant quant à l'information dont dispose son adversaire. Il ne peux donc pas poser de questions réfléchies, donnant un avantage énorme à la position de défenseur qu'adopte le prêtre.

Cet avantage n'est pas forcément une mauvaise chose, et le fait que prêtre soit la seule classe défensive à avoir réussi à s'installer durablement dans un métagame montre bien que la défense est beaucoup plus punitive que l'attaque. D'autres classes comme le démoniste ou le guerrier disposent aussi d'archétypes défensif, et n'ont pourtant jamais réussi à convaincre les joueurs.
Pourtant, ces derniers disposent de capacité défensives brutes meilleures que le prêtre mais finissent toujours par s'essouffler ou devoir prendre un risque de développement qu'Anduin ne semble pas avoir besoin de tenter. Egalement, ces derniers perdent contre les decks OTK, qui peuvent préparer leur combo contre ces derniers, chose qui est impossible par la présence d'Illucia en prêtre. 

Il existe cependant des contres à Anduin, plusieurs decks du métagame pouvant se targuer d'un taux de victoire positif contre lui. Mais ces decks ne vont pas cherche les questions classiques que l'on pourrait trouver dans n'importe quels decks, il s'agit de questions à plusieurs niveaux ou de questions à laquelle le prêtre n'a pas de réponse.


3. Battre Anduin, c'est possible

Du fait de ce déséquilibre dans l'habituel jeu de questions - réponses sur lequel les jeux de cartes se basent habituellement, certains decks cherchant à contrer Anduin, ou de par leur mécaniques naturelle, ont la capacité de déséquilibrer les questions. Cela se fait évidemment au prix de l'absence presque totale de réponse dans les decks, qui se concentre presque exclusivement sur le fait de poser des questions les plus puissantes possibles.

On peut voir deux types de questions sortir de lot et mettre Anduin en difficulté : Les questions à plusieurs niveaux et les Armes.

Les questions à plusieurs niveaux sont les mécaniques qui ne s'arrêtent pas au problème qui est face à nous, comme le Seigneur Jaraxxus par exemple qui pose une question par tour. Mais on peut voir aussi des decks comme le chasseur de démons râle d'agonie, un deck avec des lacunes défensives flagrantes, mais excellent quand il s'agit de mettre une pression permanente à un adversaire qui lui laisserait la table.

C'est ce qu'à fait le joueur Nails, qui s'est hissé au rang #5 légende avec sa version de l'archétype.

Dans cette optique là, on peut également retrouver le voleur tempo, un autre deck qu'il est presque impossible d'épuiser à moins de pouvoir tenir face au deck tout entier. L'archétype a d'ailleurs bien évolué avec le mini-set, se séparant en deux decks différents, d'un coté favorisant le rythme permanent, comme l'a fait Dabs pour atteindre le rang #1 légende en intégrant la forgeronne des Tarides au deck, abandonnant Alexstraza comme condition de victoire :

  • Voleur tempo de Dabs : AAECAaIHBt6+A5/NA9nRA5fnA/zoA+fwAwyqywOVzQPHzgOk0QOL1QPf3QPn3QPz3QP26AOo6wOr6wP2nwQA

Dans l'autre extrême du deck, Casie a proposé une version OTK du voleur miracle, se concentrant lui au contraire sur le combo d'Alexstaza. Un deck qui souffre beaucoup plus de la présence d'Illucia en prêtre mais qui peut tout de même imposer un rythme soutenu sur la partie.

Si ces decks utilisent le fait de pouvoir accepter les réponses permanente du prêtre et de tout de même avancer vers leur condition de victoire malgré cela, d'autres decks ont prit le parti de simplement poser l'une des seule question à laquelle Anduin n'a pas la réponse : Les armes.

Le voleur l'avait déjà fait par le passé, mais c'est maintenant Thrall qui semble se reposer sur la mécanique, avec plusieurs versions du chaman élémentaire agressifs qui voient le jour depuis le mini-set. Deux ont particulièrement bien fonctionné puisque Babybear a atteint le rang #4 en Europe et CaelesLuna le rang #1 en Amérique.

Bien que la base du deck soit similaire, et que ce soit dans les 2 cas la présence du marteau du destin qui permette au deck de terminer les parties, on peut voir que les constructions sont tout de même bien différentes.

Le deck de CaelesLuna se repose sur plus d'explosivité, avec notamment les floraison de foudre ou encore l'Oratrice Gidra afin de rapidement installer une pression sur l'adversaire. De son coté, Babybear (dont la liste est inspiré du joueur Otsuna) tente de construire un gameplay plus en curve avec des élémentaires beaucoup plus présents en début de partie. Cela permet notamment d'infliger des dégâts grâce aux serviteurs et alléger le besoin que le marteau du destin inflige la très grande majorité des dégâts de la partie.

  • Chaman de CaelesLuna : AAECAaoIBpzOA/XOA6feA67eA/rsA8jvAwzbuAOTuQPhzAP+0QPw1AOo3gOq3gPh7APj7gONnwT5nwT+nwQA
  • Chaman de Babybear : AAECAaoIBpO5A5zOA6feA6veA67eA6/uAwzbuAOYuQPhzAOo3gOq3gPg7APh7AOt7gPj7gONnwT5nwT+nwQA

Ces deux approches semblent fonctionner dans un scénario très similaire : La phase de mise en place est assez libre. Quelque chose que le prêtre laisse très souvent libre à son adversaire.


Conclusion

Contrairement au mage il y a deux semaines, on peut voir que le prêtre suit une logique presque inverse, avec des changement dans le métagame qui ne le dérange pas, voir même l'aide à progresser. De plus, là où mage voyait les decks se renforcer naturellement face à lui, en intégrant de nouvelles mécaniques comme le gain de points de vie, Prêtre demande un peu plus d'efforts pour le contrer.

Ce n'est néanmoins pas impossible, à l'image du chasseur de démons râle d'agonie qui semble y parvenir très régulièrement par sa capacité à demander plusieurs réponses à un même problème. Avec le temps, d'autres decks pourront s'inspirer de cette façon de développer de la pression, ce que l'on peut voir dans certains archétypes qui allongent leur curve petit à petit ou qui intègrent plus de râles d'agonie. A voir si cela aura un impact lors du prochain Masters Tour Dalaran.

Quelle est votre vision du prêtre actuellement ? Rejoignez-vous ceux qui le trouve au-dessus du reste ou pensez-vous que c'est simplement une question des autres decks populaires ?

Tags : Hearthstone Metagame
7 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Hearthstone : 29.501.022 visites.
© Copyright 1998-2021 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.